•    Variabilité saisonnière de l’indice d’upwelling :

  La côte atlantique marocaine est soumise à l’influence de l’upwelling côtier (terme anglophone désignant la remontée des eaux froides profondes, riches en nutriments (nitrates, phosphates,..) vers la surface de l'océan. Lorsqu'ils sont ramenés à la surface, les nutriments nourrissent le phytoplancton qui utilise également le gaz carbonique dissous pour sa photosynthèse, ce qui a un impact direct sur l’abondance et la distribution des ressources halieutiques.

Régi par les vents alizés qui sont le moteur de l’upwelling, ce dernier présente une variabilité dans l’espace et dans le temps, ce qui se répercute sur l’abondance et la disponibilité des ressources halieutiques.

 

Zone1 : comprise entre 32.2 et 35.6 °N

  L’upwelling dans cette zone est faible (intensité moyenne se situe autour de 1,19 °C). Cette zone est soumise à des vents côtiers de moindre intensité (wooster et al, 1976) et plus souvent orientés vers le continent. Toutefois, au niveau de cette zone, l’upwelling présente une forte saisonnalité, avec une activité très faible durant la saison froide (figure 13).

  Zone2 : comprise entre 28 et 32°N

L’indice d’upwelling dans cette zone est plus élevé par comparaison à la première zone (valeur moyenne vers 2,2°C), avec une faible activité en mars suivi d’un maximum d'activité entre juin et septembre et peut être étendue jusqu'au mois d'octobre

Zone 3 : comprise entre 25. 5°N et 28 °N

L’intensité de l’indice connaît une légère intensification par rapport à la zone précédente (intensité moyenne autour de 2,8 °C). La zone 3 présente une activité ascendante d'avril à septembre et on note un minimum d'activité assez net aux mois de novembre et mars. Cependant, cette activité minimale reste élevée ou comparable aux zones 1 et 2, ce qui confère à l’upwelling dans cette zone un aspect permanent.

  Zone 4 : comprise entre 21.3°N et 25.5°N Cette zone est très perturbée, elle est le siège de la rencontre des Eaux Centrales Nord Atlantiques et des Eaux Centrales Sud Atlantiques. L’indice d’upwelling dans cette zone est le plus instable et le plus élevé de toutes les zones (valeur moyenne de 3,5°C). Il présente une distribution bimodale avec un pic secondaire en mai - juin et un pic principal en septembre - octobre.

  •    VARIABLITE INTERANNUELLE DE L’UPWELLING (2002-2012)

  En termes de variabilité interannuelle de l’upwelling sur la période 2002-2012 le long de la côte atlantique marocaine, cette dernière montre que l’indice d’upwelling côtier (IUC ou Coastal Upwelling index) qui est un indice caractérisant l’activité de l’upwelling présente généralement une tendance vers la baisse sur les périodes 2002-2007, 2009-2010 et vers la hausse sur la période 2011- début 2012.

 

Évolution interannuelle de l'indice d'upwelling côtier (CUI) le long de la zone (33-29°N) et sa tendance (en rouge)